What is Circular Economy, Quadia ? (part 3: by Marion Schuppe, Quadia (Paris)

Circular Economy series, part 3:

By Marion Schuppe, impact investment manager, Quadia (Paris):

(Article en français plus bas) 

Image above: portion of Quadia’s circular textile infography

New banners and headwinds:

More and more ethical companies, with circular models, concerned about the depletion of our natural resources, pollution or waste are developing. They are taking market share in sectors such as textiles, food, packaging and electronics. Facing them: the giants of fast fashion, oil, single-use plastic and conventional food, which continue to dominate.
Brands like Veja and Patagonia are very successful. However, while the second-hand segment is exploding and clothing rental is growing strongly, Inditex alone generated a profit of 1.1 billion euros in 2020. And while it is not easy for a company to make the structural changes necessary for the ecological transition, headwinds sometimes blow against them, putting them in difficulty. Many laws that favor this old model that harms us hide behind false reasons that win public approval, such as job creation, subsidies for products from non-fair trade that are harmful to the planet, hidden “bonuses”… A lack of public commitment will not allow for the profound behavioral changes that are among the brakes on the transformation of economic systems.
Fostering the development of actors responding to the precepts of a circular and regenerative economy is crucial in order to allow them to reach a critical size enabling them to deeply transform value chains. This requires time, substantial private investment, considerable consumer awareness efforts, and can only be achieved with the indispensable action of public institutions and regulatory bodies.

Marion Schuppe is at the forefront of social and environmental innovations, particularly in the textile and food sectors.

Responsible, from consumers to governments:

Increasingly, consumers are adopting sustainable purchasing behaviors, as demonstrated by the growth of the organic, refurbished electronics and second-hand markets. In 2019, nearly one in two European consumers said they were consuming more organic and local products, sorting their waste, buying recyclable and/or recycled products. These “consom’actors” tend to belong to the upper classes, willing and able to pay more for responsible products. But, every day, hundreds of times, their virtue is challenged by the injunctions to consume coming from multinationals. Governments and other regulatory bodies often wait for citizens’ protests to put in place new regulations, thus putting the responsibility for change on the customer. The result of this resignation is slow, insignificant changes that are far from achieving the objectives of the Paris Agreements. However, we must be aware that the joint efforts of consumers and responsible start-ups are not enough to transform the value chains, on a time scale acceptable to climate change. Public authorities must impose strong regulations now to respond to the movements emanating from civil society.

The tools of the transition :

Valuing efforts and supporting companies with virtuous economic models is now essential. This valuation must be economic and recognized on the financial markets, which are still guided by the return of values to the profits of shareholders alone. The European recovery plan, if not guided by the demands of climate change and social challenges, will continue to fuel destructive economic systems that exacerbate inequalities.

In addition to incentivizing deep corporate change, bad actors must be heavily penalized. While engaged consumers and ethical companies invest in transformation, conventional players with destructive activities undermine their efforts. The valuation of positive impact acts must be accompanied by a regulation taxing negative impacts, as Julia Faure, co-founder of Loom, points out. Among the mechanisms already in use are a ban on the sale of products with negative environmental and social impacts, a high carbon tax, and the elimination of tax incentives for air travel, among others.

Financial markets and regulators also have a central role to play. As long as financial analysts value a cost line, for example from the destruction of unsold stock, more highly than a new business reselling the same unsold goods at a lower margin, listed companies will have no incentive to change their business models. We need new rules in the financial markets, as well as changes in international accounting methods, so that they take into account the hidden costs of linear production.

The hope and responsibility for transforming economic systems, which is needed in the very short term as the latest IPCC report shows, cannot rest solely on innovative, responsible and circular businesses and committed consumers. When actions are not supported by public authorities and efforts are destroyed by scandalous practices of market leaders, we must conclude that the political and economic governance of our system is knowingly condemning the future of all of us. Efforts must be coordinated and responsibility shared. Rivers cannot become great rivers if they are dammed up or diverted!

Join Marion Schuppe (schuppe@quadia.ch ) and the universe of Quadia at www.quadia.ch.

impact with us! quadia.ch

https://www.oney.com/en/les-communiques/european-study-consumption-oney/

https://www.linkedin.com/posts/loom-fr_loom-aux-universit%C3%A9s-d%C3%A9t%C3%A9-de-l%C3%A9conomie-activity-6841722254057992193-D5qW

Série économie circulaire – article 3

Par Marion Schuppe, Impact Investment Manager, Quadia Paris.

 

Nouvelles bannières et vents contraires :

De plus en plus d’entreprises éthiques, aux modèles circulaires, préoccupées par l’épuisement de nos ressources naturelles, la pollution ou le gaspillage se développent. Elles prennent des parts de marché dans des secteurs comme le textile, l’alimentation, l’emballage ou l’électronique. Face à elles : les géants de la fast fashion, du pétrole, du plastique à usage unique et de l’alimentation conventionnelle, qui continuent de dominer.

Des marques comme Veja et Patagonia connaissent un très fort succès. Or, si le segment de la seconde-main explose et la location de vêtements se développe très fortement, Inditex à elle seule a généré un bénéfice de 1,1 milliards d’euros en 2020. Et alors qu’il n’est pas aisé pour une entreprise de faire les modifications structurelles nécessaires à la transition écologique, des vents contraires s’abattent parfois sur elles, les mettant en difficultés. Nombre de lois favorisant ce vieux modèle qui nous nuit se cachent derrière de fausses raisons emportant l’approbation du public, comme la création d’emploi, des subventions portant sur des produits issus de commerces non équitables et nocifs pour la planète, des « primes aux vices » cachés… Un manque d’engagement public ne permettra pas les changements de comportements profonds qui font partie des freins à la transformation des systèmes économiques.

Favoriser le développement d’acteurs répondant aux préceptes d’une économie circulaire et régénératrice est crucial afin de leur permettre d’atteindre une taille critique leur permettant de transformer en profondeur les chaines de valeurs. Cela nécessite du temps, des investissements privés conséquents, des efforts de sensibilisation des consommateurs considérables, et ne peut se faire qu’avec l’indispensable action des institutions publiques et des organes de régulation.

 

Responsables, des consommateurs aux gouvernements :

De plus en plus, les consommateurs adoptent des comportements d’achats durables, comme le démontre la croissance des marchés du bio, des produits électroniques reconditionnés et de la seconde main. En 2019, près d’un consommateur européen sur deux affirmait consommer plus de produits bio et locaux, trier ses déchets, acheter des produits recyclables et/ou recyclés. Ces « consom’acteurs » font plutôt partie des classes supérieures, disposées et capables de payer plus cher des produits responsables. Mais, chaque jour, des centaines de fois, leur vertu est défiée par les injonctions à consommer venant de multinationales. Les gouvernements et autres instances de régulation attendent souvent les manifestations citoyennes pour mettre en place de nouvelles régulations, rejetant ainsi sur le chaland la responsabilité du changement. De ce comportement démissionnaire des Etats résulte des changements lents, peu significatifs et loin de permettre l’atteinte d’objectifs comme ceux des Accords de Paris. Or nous devons être conscients que les efforts conjoints des consom’acteurs et des jeunes entreprises responsables ne sont pas suffisants pour transformer les chaines de valeur, sur une échelle temporelle acceptable en matière de de dérèglements climatiques. Les instances publiques se doivent d’imposer dès à présent des régulations fortes répondant aux mouvements émanant de la société civile.

 

Les outils de la transition :

Valoriser les efforts et soutenir les entreprises aux modèles économiques vertueux est aujourd’hui indispensable. Cette valorisation se doit d’être économique et reconnue sur les marchés financiers, lesquels sont toujours guidés par la rétribution de valeurs aux profits des seuls actionnaires. Le plan de relance européen, s’il n’est pas guidé par les exigences du changement climatique et des défis sociaux, continuera d’alimenter des systèmes économiques destructeurs exacerbant les inégalités.

Au-delà de l’incitation au changement en profondeur des entreprises, les mauvais joueurs doivent être fortement pénalisés. Alors que des consommateurs engagés et des entreprises éthiques investissent dans la transformation, des acteurs conventionnels aux activités destructrices mettent à néant leurs efforts. La valorisation d’actes à impact positif doit s’accompagner d’une régulation taxant les impacts négatifs, comme le souligne Julia Faure, co-fondatrice de Loom. Au nombre des mécanismes déjà usités il y a l’interdiction à la vente de produits aux impacts environnementaux et sociaux négatifs, une taxe carbone élevée, la suppression d’avantages fiscaux favorisant, entre autres, le transport aérien.

Les marchés financiers et régulateurs ont également un rôle central à jouer. Tant que les analystes financiers valoriseront mieux une ligne de coûts, issue par exemple de la destruction de stocks d’invendus, qu’une nouvelle activité de revente des mêmes invendus à marge plus faible, les entreprises cotées n’auront aucune incitation à changer leurs modèles d’affaires. Nous avons besoin de nouvelles règles sur les marchés financiers, ainsi que de changer les méthodes internationales de comptabilité, afin qu’elles tiennent compte des couts cachés de la production linéaire.

Les espoirs et la responsabilité d’une transformation des systèmes économiques, nécessaire à très court terme comme le démontre le dernier rapport du GIEC, ne peuvent pas reposer uniquement sur les entreprises innovantes, responsables et circulaires, et sur les consommateurs engagés. Lorsque les actions ne sont pas soutenues par les instances publiques et que les efforts sont anéantis par des pratiques scandaleuses de leaders de marchés, il faut conclure que la gouvernance politique et économique de notre système condamne, en connaissance de cause, notre avenir à toutes et tous. Les efforts doivent être coordonnés et la responsabilité partagée. Les rivières ne peuvent faire de grands fleuves si des barrages les endiguent ou des déviations les déroutent !

Retrouvez Marion Schuppe (schuppe@quadia.ch) et l’univers Quadia sur www.quadia.ch.

Impact with us! quadia.ch

https://www.oney.com/en/les-communiques/european-study-consumption-oney/

https://www.linkedin.com/posts/loom-fr_loom-aux-universit%C3%A9s-d%C3%A9t%C3%A9-de-l%C3%A9conomie-activity-6841722254057992193-D5qW

Leave a Comment